Sanetsch, Arpelistock et Col des Audannes: trip aventure en enduro

L'alpin on aime ! Sortir des sentiers battus encore plus !! Et cela faisait déjà longtemps que la région des Arpilles, de l'Arpelistock et des Audannes nous titillait... Mais partir à l'aventure dans des contrées peu courues en bike nécessite une météo parfaite, un gros niveau de roulage et, surtout, un état d'esprit préparé au pire et à l'inroulable aussi bien à la montée qu'à la descente. Cette fois-ci, toutes les conditions étaient réunies...


La crête de l'Arpille, voire l'Arpelistock, sont des buts peu connus mais assez courus en bike. Généralement parcourus en boucle depuis le Sanetsch (ou de plus bas pour les amoureux du bitume) et avec un retour en plaine relativement quelconque au vu du peu de sentiers reliant le Sanetsch aux rives du Rhône. Cela faisait un bout de temps qu'on se disait: 'Et si on tentait une variante, genre traversée sur la cabane des Audannes, passque là, sur la carte, à l'oeil, ça a l'air jouable !'. Alors hop, ni une ni deux, on bosse notre topo, on prépare du matos d'escalade pour pouvoir passer sans trop de problèmes les échelles du Col des Audannes, on attend la bonne fenêtre météo, et hop, go !

Retrouvez le parcours dans son intégralité: Arpillistockaudannion: Sanetsch - Sion

Montée au Sanetsch

Cela devient une habitude, et généralement un signe avant-coureur plutôt positif, on profite de nos amis de CarPostal pour gagner du temps, éviter du bitume inutile, et garder nos forces. C'est donc dans un joli car jaune que l'on s'attaque à la route de fous qui grimpe au Sanetsch. Et déjà là, notre but du jour rend plutôt dubitatif nos compagnons de route. Après lui avoir expliqué notre trip, le chauffeur nous regarde charger nos bike en rigolant et nous indique qu'au pire on pourra rebrousser chemin et redescendre par la route...bon signe... Et ça continue dans le car avec un sympathique couple parti lui aussi pour les Audannes pour le weekend et qui nous demande 'Mais!? Vous avez déjà fait le trajet à pied ? Vous savez qu'il y a des échelles et qu'il faut par endroit utiliser ses mains ? C'est du T4 quand même...'. Alors évidemment, pas question de se dégonfler et de passer pour des amateurs: bien entendu, on a tout préparé, on sait exactement où l'on va, etc...mon oeil oui !


Arête de l'Arpille et Arpelistock

C'est parti pour le premier but du jour, l'Arpelistock, 3036m ! On est assez confiants, on sait que ça ce fait... L'Arête de l'Arpille est fantastique, peu roulable à la montée (disons 100m de roulant toutes les 10min de portage...), mais le sentier est très facile donc le portage est aisé. Après une petite heure de portage/poussage entrecoupé de petites portions roulantes, on arrive au pied de l'Arpelistock. On en profite pour jeter un coup d'oeil sur le sentier qui part en direction du Col des Audannes, et à l'oeil, ça devrait plutôt bien le faire !!! C'est donc tout ragaillardis que l'on suit le sentier bleu-blanc qui grimpe direction l'Arpelistock, toujours en portage... Les premiers pas sont plutôt positifs, ça va le faire à la descente, et plus on grimpe, plus on est confiants! Bonne pioche, ça sera roulable à 90% ! On continue donc dans un décor minéral de fou jusqu'au petit col/épaule qui précède le dernier mur. Inutile de vouloir grimper au sommet avec les bikes, c'est inroulable...on grimpe donc à la croix sommitale à pied...premier but atteint, yeehaaa !!!!


Descente de l'Arpelistock

L'oeil brillant et la lèvre pendante d'excitation, on débute la descente de l'Arpelistock. Ca passe excessivement bien, tout est roulable si l'on excepte deux courts passages trialisants et exposés où l'on préfère la jouer safe et descendre de selle, mais sinon, un pied d'enfer ! Descendre sur le bike un sentier alpin dans un décor aussi grandiose que celui-ci est juste sublime, et une belle réconpense pour l'effort consenti jusqu'ici !


Traversée direction le Col des Audannes

Motivés par cette première descente aussi fantastique que d'une roulabilité inespérée, on poursuit sur les Grands Gouilles et le pied du Col des Audannes. Ce coup là, c'est le grand inconnu...va-t'on pouvoir rester sur le vélo et profiter du profil majoritairement descendant pour avaler des km sans trop se fatiquer ? Suspens...les premiers hectomètres roulent bien, le sentier qui court le flanc de l'Arpelistock est très bien marqué, juste un bref passage où la rocaille fait place à de plus gros rochers, vestige d'un ancien éboulement, mais sinon ça roule ! On passe l'épaule du point 2580 et, oooh magie, ça semble juste parfaitement roulable jusqu'au pied du col, ça passe partout, wouahouuuuu, un pied d'enfer !!! L'ambiance est indescriptible, pas âme qui vive ! Le contraste entre le gris des parois rocheuses qui nous entourent, le bleu profond du ciel et les tâches de verdure colorées qui parsèment le fond du valon est juste magique.


Col des Audannes

Une petite pause au pied du col pour faire le plein d'énergie, sous l'oeil quelque peu surpris de deux demoiselles (au demeurant très sympathiques, qui nous précèderont dans la montée du col, et que l'on perdra de vue rapidement...de vrais cabris...) et c'est parti pour le deuxième et dernier portage du jour avec en point de mire les échelles du Col des Audannes 400m plus haut. Quelque peu euphoriques suite à cette première partie qui dépasse de loin nos espérance les plus folles en termes de roulabilité, on se lance gaillardement à l'assaut du col....puis on commence à ralentir...ça côte quand même pas mal...ça devient dur, les mollets fatiguent...la traversée aux alentours de 2800m est un poil exposée par endroits (surtout avec un bike sur le dos), on arrive enfin en vue des échelles ! Mais avant, une première difficulté pour se mettre en jambe nous arrête. Deux randonneurs descendent une partie très raide, entre caillasse et rochers, où une corde permet de s'aider. On en profite pour faire une pause et on joue un peu aux kékés...oui, oui, on va monter aux Audannes, non non, on est pas fous... Bref, on s'attaque à ce court passage raide, la corde est vraiment très utile avec un bike sur le dos, ça n'est pas de tout repos, mais on y arrive, le terrain très accidenté fournit de multiples prises...première difficulté franchie ! Un petit replat nous amène au pied des échelles pour les derniers mêtres avant le col, et là, ça se corse vraiment !
Autant le passage doit être assez aisé pour qui a le pied sûr et est à pied, autant ça se complique franchement lorsqu'il s'agit de trimballer un bike. On se rend vite compte que notre corde ne nous sera d'aucune utilisé pour les faire monter: pas assez vertical, ça s'accrocherait partout...il faudra donc que chacun porte son biclou, tout en grimpant cette mini via-ferrata, le tout sans se foutre en bas... On se pose quelques instants et on réfléchi...Thibaut sort les dégaines et trouve la solution, on devra attacher nos bike par une pédale à la bretelle de notre sac à dos, de manière à pouvoir garder une main libre pour se tenir aux barreaux et cordes posés à cet endroit, l'autre main devant guider le bike de manière à ce qu'il ne s'accroche pas partout...il s'agit de se concentrer, pas de faux pas, ça serait définitif à cet endroit...heureusement, on arrive tous au sommet, fourbus, mais franchemnt, on se dit qu'on a vient de réaliser un truc de fou !!!!


Descente sur la Cabane des Audannes

La descente du Col des Audannes direction la cabane via La Selle est aussi une découverte...est-ce que ça va rouler ??? Mais oui !! Hallucinant ! A cette altitude, passés les 20 premiers mêtres sous le col, le sentier est parfaitement roulable ! Evidemment globalement très technique, mais la descente sur la cabane se fera à 95% sur nos bike ! Et que dire du paysage, la roche passe du gris au jaune, le Mont Pucel et le glacier du Wildhorn nous observent du coin de l'oeil, les dalles sont lisses mais offrent un grip irréprochable ! Et les trajectoires....sur ces dalles, chacun est libre de trouver sa trace, il faut juste viser les marques rouge-blanc du sentier pour ne pas se perdre, mais sinon c'est libre-service, fantastique !
A la cabane, c'est le coca tant attendu. On retrouve aussi nos deux demoiselles, ainsi que les passagers du car postal, hé oui...on a réussi !!! Moment plaisant aussi que d'entendre le gardien nous annoncer qu'en 5 ans, c'est seulement la 2ème fois qu'il voit des bikes. Bref, tout le monde a le sourire, et pas un seul reproche, que du bonheur !!


Cabane des Audannes- Anzères

On s'attaque à la dernière partie de ce tour alpin avec un dernier doute, la descente sur Serin passe-t'elle ? Il semblerait que oui, mais aucun d'entre nous ne l'a faite... Des Audannes, on pédale un brin pour atteindre les Andins et débuter notre dégringolade vers Serin...et une fois de plus, ça passe ! C'est du bien, bien technique, mais un seul et unique passage requiert de se passer les bike mano-a-mano, c'est tout...le reste est à nouveau à plus de 90% roulable, le terrain est étonamment stable malgré que l'on soit dans de l'éboulis, les épingles passent aisément pour qui les apprécie et le fond de la Combe des Andins est atteint rapidement...un dernier coup de cul, un petit passage sur une piste et on atteint l'alpage de Serin. Les grosses difficultés sont dernières nous. On emprunte le sentier peu connu qui relie Serin au Dailley via Ravouéné, ancien bisse au départ, puis très joli single en forêt. On récupère le bisse de Sion et on descend sur Luc pour rejoindre la fin du parcours de la Plaine Morte histoire de finir en apothéose...le retour sur Sion se fera tranquillou sur le monotone bisse de Clavau mais aura l'avantage de faire monter l'envie de bière fraîche...


Quelle fantastique journée, quels fantastiques paysages, quels fantatiques singles...vraiment une journée comme on en fait peu dans sa vie: de l'adrénaline, du stress, du bonheur, pas de casse, pas de bobos, tout qui se goupille parfaitement...cet Arpille-Arpelistock-Audannes-Sion (appelons-le Arpillistockaudannion ;-) ) est un enchaînement mythique....

Alors oui, on aura passé beaucoup de temps sous son bike, et l'amoureux du pédalage n'y aurait pas trouvé son compte, mais c'est à ce prix que celui qui, comme nous, cherche un peu d'aventure et d'inédit et qui se fixe avant tout comme but une belle journée en montagne pourra remplir ses attentes...
Oui aussi, ce parcours n'est clairement pas accessible à tous, loin de là. En plus d'un très gros niveau technique nécessaire pour pouvoir rouler les parties descendantes, le passage du Col des Audannes est mortellement dangereux ! Y faire un faux pas ou ne pas avoir le matériel nécessaire conduira irrémmédiablement à une déconvenue potentiellement définitive !! Que ce récit reste donc une source d'inspiration, mais réflechissez longtemps avant de vous y lancer !!


Finalement, un gros, gros merci à Tizab, Lauris, Owain et André pour avoir rendu cette journée possible, chapeau bas messieurs, ça aura été une des toutes belles journées de ma vie vttistique (passque bon, hein, faut pas déconner non plus, ça reste du vélo, hein ;-) ) !

Quelques références


Commentaires

  • Tizab

    28 juillet 2015, 22h41
    Magnifique journée qui restera en mémoire longtemps ! Merci Seb pour ce superbe CR !
  • big_o

    29 juillet 2015, 14h43
    Merci aussi!!
  • d

    01 juin 2017, 22h29
    j

Ajouter un commentaire
Utilisateur non-enregistré

Nom:

Anti-spam (entrez un chiffre...):
+ =
Commentaire:

 Les commentaires non-appropriés ou injurieux seront effacés...

Liens

Pages citées dans cet article:
  Le site de la Cabane des Audannes
  Arpelistyle

Parcours référencés:
  Arpillistockaudannion: Sanetsch - Sion